Franconaute  

Précédent   Franconaute > Autres jeux > Jeux de rôle et d’aventure > Neverwinter Nights

Notices

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1  
Vieux 17/03/2007, 23h16
Avatar de Danton
Danton Danton est déconnecté
Franconaute
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: Asgard, monde des Ases
Messages: 4 627
Par défaut L'épopée d'Hallistra Montargent

La grande épopée d’Hallistra Montargent





Chapitre 1. La fête au village



Mon nom est Hallistra Montargent et mon âme, mon corps (qui est sublime cela dit au passage ) et mon esprit (tout aussi merveilleux ) sont saturés de magie. Thamas, le magicien du village, n’y comprend rien : il me jalouse et m’envie bien que son pouvoir soit (pour le moment ) bien supérieur au mien. Le pauvre, il a du étudié des années entières et rester le nez plongé dans de vieux livres pourris pour gagner ce maigre pouvoir (il y a aussi gagné de rester célibataire ). Rien de tel pour moi : c’est à la seule force de mon inflexible volonté que je fais jaillir ma magie, qu’on prétend d’origine surnaturelle, pour ne pas dire démoniaque. Calomnies ou sombre réalité ? La réponse restera enfouie en mon âme et conscience, cela ne vous concerne pas…


Aujourd’hui, c’est la fête à Port-Nuit, la fameuse fête des grandes moissons et tous les paysans des villages voisins sont venus pour assister aux épreuves : ils auront du spectacle, MOI . J’ai en effet décidé de remporter la coupe cette année : l’admiration béate de toute la gente masculine n’est pas à négliger, il y a toujours moyens d’y gagner de nombreux avantages quand on sait s’y prendre… Et c’est mon cas. Afin de mettre toutes les chances de mon côté, je me mets en équipe avec mes amis, Beril, beau guerrier un peu trouillard, et Emie, magicienne apprentie qu’on dit de grand talent : nous sommes amies, mais aussi rivale, tant sur le plan des arts magiques que sur celui de la séduction… Mon instinct me dit que, ce soir, l’une d’entre nous aura remporté un triomphe décisif dans cette lutte amicale. Et comme je ne supporterais pas la défaite, la gagnante ne fait guère de doute .


Devinez où je suis ?







La première épreuve est supervisée par cet elfe qui est mon père adoptif, toujours un peu distant et encore plus secret que moi, mais nous nous aimons beaucoup… Le sans faute réalisé au concours de tir ne doit cependant rien à cet amour familial : l’épreuve fut réalisée dans les règles et si vous ne me croyez pas, prouvez moi qu’il y a eu tricherie ! Un peu jalouse de mon triomphe sans précédent, Emie a pris sa revanche dans l’épreuve des arcanes : elle a brillé aux yeux de tous, mais pas aux miens. Comme sa magie est limitée et faible , quel investissement elle demande ! La mienne me permet d’acquérir une agilité réellement surnaturelle en permanence : ma grâce est sans limite dans le temps et Thamas s’arrache toujours les cheveux devant ce prodige, lui qui n’arrive pas à maintenir ses sorts les plus puissants au moins une heure entière…


L’épreuve des filous n’a pas été plus difficile, grâce au jeune Kip, aux talents multiples et divers. Arriva alors la dernière épreuve, la plus difficile : celle de l’arène. Les frères Thommen, vainqueurs ces trois dernières années, avançaient déjà vers une victoire inéluctable… La coupe était déjà remportée, il ne faut en effet pour cela que remporter trois épreuves sur quatre, mais mon triomphe, pour être complet, exigeait un grand chelem. Le combat fut rude et impitoyable, Emie s’est effondrée sous les yeux de la foule, et tout le mérite de la victoire m’est ainsi revenu. Et ce n’est vraiment pas de ma faute si mon gourdin a frappé cette pauvre Emie en plein combat, le coup qui l’a abattu : c’est naturellement les frères Thommen que je visais, qu’est ce que j’y puis moi si ma douce amie s’est littéralement jetée sur mon gourdin ?


Georg, le chef du village, nous a remis la coupe des vainqueurs sous les vivats unanimes de la foule : tous ont applaudis l’équipe, mais tous n’avaient d’yeux que pour moi. Je fus le cœur, l’âme et les bras de notre équipe . C’est donc moi qui garderai la coupe et la cape qui récompensent les vainqueurs. Une bonne nuit de sommeil et demain, j’irai me pavaner avec ma nouvelle cape…



A suivre. Où la nuit se révèle plus agitée que prévu… (non, non, bande de pervers… )

Dernière modification par Danton ; 17/03/2007 à 23h19.
Réponse avec citation
  #2  
Vieux 18/03/2007, 11h50
Avatar de Danton
Danton Danton est déconnecté
Franconaute
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: Asgard, monde des Ases
Messages: 4 627
Par défaut

Chapitre II. Une nuit agitée




Des hurlements viennent troubler mon légitime sommeil puis c’est Beril qui surgit : se serait-il décidé à… Non, il ne serait pas venu en armure et épée en main . Se lever, déjà ? Mais il est deux heures du matin seulement ! Le village est attaqué et, naturellement, on a besoin de moi : je dois vraiment m’occuper de tout ici, mais c’est là le lourd fardeau des chefs-nés . Sitôt équipée, nous redescendons ( Emie nous a rejoins) et nous heurtons déjà aux envahisseurs : des nains gris avides de sang. Le leur commence immédiatement à couler à flot .


Georg, le chef théorique du village, se précipite vers moi en pleurnichant : le pauvre a compris son incapacité à faire face à cette situation inattendue et me supplie de prendre les choses en main . Commence alors une double mission : d’une part nettoyer le village de la racaille des nains gris et des Lamelins, d’autre part rassembler la milice apeurée. Pour y arriver, je n’ai pas fait dans la dentelle : il a fallu taper sur l’un à grands coups de masse ( « Tu vas venir te battre, oui, tu vas venir ou je te liquide ici et maintenant ! »), enfoncer la porte barricadée d’une maison pour empoigner un autre milicien et le traîner de force au lieu de rassemblement. Succès complet, les miliciens tremblent désormais tellement devant mes beaux yeux bleus que, pour eux, affronter l’envahisseur sera presque un soulagement. Un nain gris a été capturé, agonisant mais encore vivant : je l’ai balancé vif dans les flammes :diable: , voilà qui fouettera la volonté de se battre de mes miliciens. L’échec ne leur est pas permis…


Seul accroc sérieux à ce triomphe, la rencontre avec un mage Gythianky : la pauvre Emie y a laissé sa jeune vie si prometteuse . Elle sera vengée, ce crime ne peut rester impunis. Autre problème plus délicat : les difficultés rencontrées pour utiliser au mieux notre puissante magie. Impressionner les badauds est une chose, combattre l’ennemi au mieux de mes capacités en est une autre, et la phase d’apprentissage fut plus longue que prévu, mais cette fois c’est bon, je maîtrise parfaitement la situation (oui, bon, j’ai eu quelques ennuis avec l’interface et l’utilisation de la magie, mais maintenant j’ai bien compris ).


Les grosses araignées géantes conjurées par le mage assassin :







La milice bien en main, les envahisseurs ont été repoussés, vague après vague. Mais le village est en ruine et le mystère subsiste : pourquoi cet assaut, il n’y a rien de valeur ici, moi excepté ? C’est Daughun, mon papounet adoptif, qui tient l’explication : ces monstres recherchaient un étrange morceau d’argent qu’il a découvert jadis. Naturellement, il a trouvé intelligent de le cacher en plein milieu des marais et des ruines occupées par les hommes-lézards . A moi d’aller le chercher puis de foncer à Padhiver, où se trouve le jumeau de cet éclat d’argent et le frère de Daeghun : normalement, les envahisseurs laisseraient alors Port-Nuit tranquille, puisque c’est le morceau d’argent qu’ils veulent… Et qui détiendrait alors celui-ci ? Qui serait la cible de ces tueurs ? Moi, naturellement .


Bon, tans pis, qui d’autre pourrait le faire ? Avec Beryl, je pars dans les marais putrides, en pleine nuit : je m’en souviendrai de cette fête des moissons ! Les hommes-lézards sont fidèles au poste et leurs chamans nous tendent plusieurs embuscades : l’esprit trop faible pour résister à leurs charmes, Beryl prend souvent la fuite, me laissant seule contre ces monstres, qui apprennent alors ce qu’il en coûte d’énerver une charmante demoiselle comme moi… Quand on irrite la lionne, elle sort ses griffes .


Une leçon de politesse :







Beryl de retour, je lui fais une démonstration de ma parfaite maîtrise de mes pouvoirs magiques (oui, bon, il a fallu le temps, mais cette fois j’y suis ) : je pulvérise l’ennemi à 70 mètres de distance, ne lui laissant aucune chance. Le guerrier se pâme d’admiration et reconnaît la supériorité de ma magie sur toutes les autres formes de combat existantes .







Nous allons maintenant entrer dans les ruines mêmes…



A suivre.

Dernière modification par Danton ; 18/03/2007 à 11h54.
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 18/03/2007, 16h27
Avatar de Danton
Danton Danton est déconnecté
Franconaute
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: Asgard, monde des Ases
Messages: 4 627
Par défaut

Chapitre 3. L’envoyée du Dieu des pierres



Les ruines antiques, enfin, lieu où se terrent les vindicatifs hommes-lézards. Je passe sans jamais m’arrêter sur plusieurs pièges, aucun ne parvient à me blesser , les chamans tentent en vain d’utiliser leur magie pour m’effrayer : en vain, là aussi. Partout où je passe, l’ennemi trépasse .






Cette chance insolente, notamment au niveau des pièges, finit par effrayer Beril lui-même : le pauvre ne peut pas comprendre que ma chance est d’origine surnaturelle. Les sombres puissances desquels j’ai hérité mes pouvoirs ont étendu sur moi leur bénédiction : ils m’apprécient et cela me permet de passer toutes les épreuves rencontrées, avec grâce, superbe et chance . Beril se sent si gauche et si maladroit à côté de moi, mais comment pourrait-il comprendre ? La magie sature mon corps et mon âme, même un mage ne pourrait comprendre cela.


Enfin, nous arrivons à la pièce la plus reculée, là où mon papounet a eu la si bonne idée de cacher l’éclat d’argent : quelle riche idée il a eu, c’est justement ici que les lézards exécutent leurs rituels les plus sacrés, les plus secrets ! Et bien entendu, nous déboulons justement en pleine cérémonie : leur grand prêtre fait ses offrandes à leur Dieu des pierres, sous les acclamations enthousiastes de ses congénères. Beril le trouillard recule déjà, effrayé, mais moi, je m’avance et hurle »Qu’est ce donc ? C’est tout ce que vous avez comme offrandes ! » »Des sangs-chauds ! Sacrilège ! A mort ! » »Comment, scélérats ! Je suis l’envoyée du Dieu des pierres ! A genoux, chiens ! » »Blasphèmes ! Qu’on l’écorche vive ! » »Craignez le courroux du Dieu des pierres ! Par ma voix il s’exprime et il vous condamne tous si vous n’implorez pas immédiatement son pardon ! A genoux, mauvais fidèles ! ». En couinant, le grand-prêtre puis tous les autres lézards s’inclinent devant ma grâce naturelle : à genoux, ils implorent mon pardon, à MOI, l’envoyée du Dieu des pierres . « Partez ! Et attendez le jugement du Dieu des pierres qui parle par ma sainte bouche ! ». Les lézards filent, terrifiés, et passent devant un Beril de plus en plus incrédule : quelque chose me dit qu’il meurt d’envie de se mettre lui aussi à genoux devant moi. Ma grâce semi-divine s’empare des offrandes et, surtout, de l’éclat d’argent que nous sommes venus chercher.


Retour triomphal au village, ou Daeghun m’informe de la suite des événements : rallier Padhiver par bateau, en passant par Grandroche. J’irai seule, Beril n’a pas le courage de m’accompagner encore, il a compris son insignifiance . Mais suis-je jamais seule avec les forces surnaturelles qui sont tapies au fond de mon âme ?


Allons, en route ! Devant l’auberge du saule pleureur, trois rustres qui tentent de dépouiller un guerrier nain vindicatif et moqueur : j’interviens et nous tapons allègrement sur les malfrats, après quoi nous allons boire pour fêter notre victoire . C’est à ce moment que nains gris et Lamelins surgissent, en quête de cet éclat d’argent qui déchaîne les passions. Une farouche bataille s’engage…






Khelar Poindanel, le nain, comprend que les combats vont régulièrement me tomber dessus , que je semble les attirer, or justement il aime cela, se battre. Il viendra donc avec moi. Nous nous remettons en route, sauvons le marchand Galen puis nous heurtons à une meute de loups enragés menés par un redoutable loup sanguinaire.



Réponse avec citation
  #4  
Vieux 22/03/2007, 21h48
Avatar de Danton
Danton Danton est déconnecté
Franconaute
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: Asgard, monde des Ases
Messages: 4 627
Par défaut

Chapitre 4. Sombre cimetière



Juste avant d’arriver à Fort Locke, nous tombons sur d’ingénieux soldats du fort qui ont inventé une forme nouvelle de brigandage : ils trucident tous ceux qu’ils rencontrent pour les dépouiller puis vont chercher leur prime auprès de leur commandant pour avoir éliminés de dangereux brigands . Leur cible est une tieffeline, une demi-démone. La nature de cette sympathique personne n’est pas pour me repousser, que du contraire : les forces surnaturelles tapies en moi me poussent au contraire à la regarder avec sympathie . Etrange attirance : est-ce mon corps séduisant gorgé de magie qui réagit devant cette créature extraplanaire ou une autre influence plus mystérieuse venant de mon héritage surnaturel ? Afin de pouvoir éclaircir tout cela un jour, je liquide les affreux et intègre Neeshka dans ce qui devient un groupe.






Avant d’aller trucider les brigands, nous décidons de partir pour le vieux cimetière : nous sommes chaleureusement accueillis par des morts-vivants un peu trop attachant. Mais que fait la police ? Une fois de plus, je dois m’occuper de tout moi-même… Cette prolifération de morts-vivants n’est pas naturelle. Pour essayer d’éclaircir ce sombre mystère, Neeshka décide de passer dans le royaume des morts , mais cela n’éclaircit guère notre lanterne. A noter cependant cette inattendue capacité qu’a ma nouvelle amie démone de mourir puis revenir de l’au-delà sans dommages apparents. Quelque chose me dit que cela ne marchera pas pour moi .


Nous plongeons au cœur du mal, dans les cryptes, où nous réalisons un nettoyage en profondeur et finissons par tomber sur le cerveau maléfique qui anime les morts : un prêtre de l’ombre. Un pas beau : tout mon groupe a presque succombé…







La victoire obtenue contre ce nécromancien, je libère le chef du fort Locke et ses hommes de patrouille puis retourne triomphalement au dit fort. Les patrouilles vont désormais reprendre, la région sera plus sûre grâce à moi . Ce premier nettoyage à l’eau ne suffit cependant pas : il faut encore éliminer les taches écailleuses. Départ pour les cavernes des sangs-froids donc : mon sens tactique ne laisse aucune chance aux lézards .


Il y a un gouffre infranchissable entre eux et moi : un vrai tir aux dindons







Celui là semble plus coriace, plus gros, plus vindicatif (bien vu, c’est le chef des lézards , son shaman et son valet de pied) :






Le combat est ardu, Neeshka y passe une fois … Heureusement pour elle que ses talents pour désamorecer les pièges et crocheter les serrures me sont utiles







Retour triomphal à Fort Locke, les poches pleines.


A suivre : le campement des brigands
Réponse avec citation
  #5  
Vieux 24/03/2007, 14h02
Avatar de Danton
Danton Danton est déconnecté
Franconaute
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: Asgard, monde des Ases
Messages: 4 627
Par défaut

Chapitre 5. Où l’on fait de moins en moins ce que l’on veut




La Gloire m’attend et je repars pour le campements des brigands cette fois : l’assaut est lancé, brutal, violent, mais efficace . La force des pillards, c’est leur nombre et leurs archers qui nous criblent de partout, ainsi que le manque de coordination de mes deux compagnons. Niveau tir, cependant, je ne crains personne et ma magie puissante pulvérise tout sur mon passage . Le camp nettoyé, je pénètre dans le quartier général des brigands et réalise un nettoyage efficace : surprise, ces rustres sont organisés et déboulent de partout dès qu’ils entendent le bruit du combat. Et le nain Khelar est tout sauf discret … Le butin est impressionnant cependant. Enfin, le chef des brigands et ses acolytes (un puissant magicien notamment), qui se mettent à plat ventre devant moi et implorent mon pardon .


(Hallistra) « Vous allez libérer vos prisonniers »

(Chef des brigands) »Ce sont des proches à vous ? »

(Hallistra) »J’ai dis ! »

(Chef des brigands) »Bon, bon… »

(Hallistra) »Et cessez vos attaques ! »

(Chef des brigands) »Mais vous demandez beaucoup ! »

(Hallistra »J’ai dis ! »

(Chef des brigands) »Bon, bon… »

( voix intérieure mystérieuse) »Hallistra ! »

(Hallistra) « Gne ? »

(voix intérieure mystérieuse) « Tu ne peux pas continuer ainsi ! Oublierais-tu ton héritage surnaturel ? Nous nous délectons du chaos et tu es notre héritière »

(Hallistra) « Mais… Je… »

(voix intérieure mystérieuse) « Choisis, mais n’oublie pas ce que tu es ! Ce que tu risques de perdre »

(Hallistra) « Vu sous cet angle… »

(Khelar) « Mais à qui tu causes ? T’es bourrée ou quoi ? »

(Hallistra) « T’occupe, je suis en plein débat avec… euh… Avec moi-même »

(Khelar) « Ben voyons »

(Chef des brigands) « Dites, si on dérange, il faut le dire »

(voix intérieure mystérieuse) « Si tu nous tournes le dos, tu ne pourras plus progresser dans tes pouvoirs ! Tu les garderas tels quels mais tu devras choisir une nouvelle voie »

(Hallistra) « Ma magie fait partie de moi-même, elle imprègne mon âme et mon corps, je ne peux lui tourner le dos sans me renier moi-même ! »

(Neeshka) « Hallistra ? Euh… Tu vas bien ? »

(Chef des brigands) « Dites, on s’impatience ici »

(voix intérieure mystérieuse) « Alors, reprend ta danse chaotique ! Fais nous honneur et nous continuerons à te bénir ! »

(Khelar) « Bon, ils ont cédés à toutes nos exigences, on peut retourner au fort là ? J’ai soif moi ! »

(Hallistra) « Non…Tuons les tous ! »



Et un furieux combat s’engage aussitôt…






La victoire obtenue, nous pillons tout puis libérons les prisonniers, ce qui nous vaut un nouveau et violent combat contre les brigands survivants. Retour triomphal à Fort Locke, où nous ne nous attardons guère. En route, des nains gris et nous Lamelins nous tendent une embuscade et exigent l’éclat d’argent… Une elfe des bois vient à notre aide, comme si on ne pouvait pas se débrouiller sans elle . Après mûre réflexion, je décide de l’intégrer à mon groupe : Elanee connaît bien la région et se propose de nous conduire à destination par un chemin secret, la clairière de la Vierge, sanctuaire des druides. Mais quelque chose ne tourne pas rond là bas et les animaux nous attaquent tous avec sauvagerie et haine . L’occasion de nous remplir la panse…


Cuit, repas, cuit






Il apparaît de plus en plus qu’une force corruptrice agit dans la région : encore du boulot en perspective pour nous ! Finalement, nous arrivons à Grandroche, mais pas moyen d’embarquer pour Padhiver, notre destination : les hommes-lézards font le blocus de la ville et nul ne peut échapper à leurs griffes … Il faut tirer cela au clair.


Direction le centre de Grandroche



Réponse avec citation
  #6  
Vieux 24/03/2007, 15h42
Avatar de GA_Thrawn
GA_Thrawn GA_Thrawn est déconnecté
La loi au fond de la Deûle
 
Date d'inscription: mai 2006
Localisation: Chez Régis
Messages: 4 584
Par défaut

Super l'AAR

C'est toujours NWN? avec un mod?
__________________
And so he spoke, and so he spoke,
that lord of Castamere,
But now the rains weep o'er his hall,
with no one there to hear.

"Si le droit est avec nous, qui sera contre nous?"

Citation:
Envoyé par DarthMath
[14-01, 18:22] : Yann !! Avec sa noix de coco dans le cul !!
Réponse avec citation
  #7  
Vieux 24/03/2007, 18h11
Avatar de Danton
Danton Danton est déconnecté
Franconaute
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: Asgard, monde des Ases
Messages: 4 627
Par défaut

Ah ben j'ai au moins UN lecteur

C'est NWN 2 en fait , qui est sorti il y a quelques semaines ( ou mois déjà, je ne sais plus )

Là, Hallistra vient d'arriver à Padhiver et un choix se pose: rejoindre la Garde de la ville... Ou le crime organisé
Réponse avec citation
  #8  
Vieux 24/03/2007, 18h25
Avatar de Otto Granpieds
Otto Granpieds Otto Granpieds est déconnecté
Son excellence postissime
 
Date d'inscription: juin 2006
Messages: 1 631
Par défaut

Citation:
Envoyé par Danton
Ah ben j'ai au moins UN lecteur
Mais non... On est plusieurs
On ne veut pas polluer ton topic, c'est tout.
__________________
Ce sont les événements qui commandent aux hommes et non les hommes aux événements.
Hérodote

Rien n'arrête le progrès. Il s'arrête tout seul.
Alexandre Vialatte
Réponse avec citation
  #9  
Vieux 24/03/2007, 18h36
Avatar de Lafrite
Lafrite Lafrite est déconnecté
Sauveur de Franconaute™
 
Date d'inscription: août 2005
Localisation: FritKot
Messages: 2 088
Par défaut

Sympa de voir la gueule de NWN2, mais côté scenar ça ne peut pas valoir le Bâtard
__________________
Franquin : " Moi boy-scout ? Tu veux rire. J'ai échappé à tout : à la chorale, à l'équipe de foot , à l'armée, et oui, j'ai même échappé aux scouts..."
Balzac : " Pour empêcher les peuples de raisonner, il faut leur imposer des sentiments".
Réponse avec citation
  #10  
Vieux 24/03/2007, 19h40
Avatar de jmlo
jmlo jmlo est connecté maintenant
Franconaute
 
Date d'inscription: août 2005
Localisation: quand on tire on raconte pas sa vie
Messages: 6 027
Par défaut

Citation:
Envoyé par Lafrite
Sympa de voir la gueule de NWN2, mais côté scenar ça ne peut pas valoir le Bâtard
Bin , je suis pas vraiment impressionné par les images : je ne voie pas de différence avec le 1.
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 13h11.


Powered by vBulletin® Version 3.7.6
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #19 par l'association vBulletin francophone