Franconaute

Franconaute (http://www.franconaute.org/forum/index.php)
-   Courtisans (http://www.franconaute.org/forum/forumdisplay.php?f=166)
-   -   Chambellan Antonius (http://www.franconaute.org/forum/showthread.php?t=7975)

curTis newTon 15/02/2011 21h23

Chambellan Antonius
 
Monsieur le Comte, félicitations pour votre mariage :o:

Où la Cour ira-t-elle pour ce dernier tour ? Versailles ou à la Chasse ?

:hello:

curTis newTon 16/02/2011 14h18

"Ma chère !

Pourquoi le Chambellan nous a-t-il emmené à la Chasse ? Pour célébrer ses fraîches noces ?

Je ne veux plus aller à Marly ! Plus jamais ! Je hais cet endroit ! Mes sens m'abandonnent quand j'y suis ! Ne les voyez-vous pas ? Les fantômes de nos bons rois Louis XIV, Louis XV ! Et tous ces autres ! Frappés dans la fleur de l'âge, en plein épanouissement, comme Madame de la Perfydie !

Que dites-vous ? Que Madame de la Perfydie soit morte n'est point une nouvelle ? Sotte que vous êtes ! Je vous parle de la fraîche Madame de la Perfydie, née Mademoiselle de la Chouinerye ! Trahie par la sangle de sa selle, qui se défait en pleine course, et la traîne sur un sol caillouteux, à la suite de son cheval ! On se précipite pour arrêter sa monture, on n'y parvient pas, celle-ci est emballée ! Heureusement, la sangle finit par se rompre, le cheval achève de lui passer dessus, la Comtesse gît au sol ! On accourt ! Mais la voilà, vaillante, qui se relève, contusionnée !

Qu'est-ce bruit ! Un sanglier mâle, une bête de l'enfer, pesant au moins 400 livres, jaillit de la futaie, paniqué par la battue ! La comtesse est sur la trajectoire de sa course folle, et à peine relevée, se fait renverser et piétiner par la bête énorme, qui s'encourt ! La comtesse se relève avec plus de difficultés cette fois ! On s'approche pour la secourir.

Mais quel est ce mouvement dans les feuillages ? Le grand mâle conduisait une horde ! Voilà quinze sangliers vigoureux qui suivent ses traces, enfoncent leurs pattes à la suite de leur aîné dans la terre meuble et la Comtesse, et passent dessus sans s'arrêter ! La poussière dissipée, on ne vit au-dessus des herbes que la perruque de la Comtesse qui vacillait faiblement, et un mince bras d'albâtre tenter de se tendre.

Mais qu'est-ce encore que cela ? Qui surgit des buissons ? La troupe entière des rabatteurs, conduit par - cruelle ironie du sort - le comte de la Perfydie sur son fier destrier, qui poursuivent la horde, se précipitent sur leur traces, leurs jambes vigoureuses faisant trembler, piétinant le sol et la Comtesse, tels des héros antiques.

Après leur passage, le calme retomba. On s'approcha enfin de la pauvre Comtesse, en regardant bien à gauche et à droite au cas où. Le haut de sa perruque vacillait encore, comme un signal de détresse. On entendit à ce moment une cavalcade. C'était le Comte qui revenait nous saluer, agitant son chapeau d'un air très-galant, et arrêtant malheureusement son cheval à l'endroit précis où gisait la pauvre femme. Avec des cris et des gestes, nous lui fîmes voir son erreur. Il semble ne pas comprendre, agite encore son chapeau, fait volter sa monture, et repart à la suite de ses rabatteurs.

Nous arrivâmes à la perruque, qui avait cessé de vaciller. Dessous, gisait la Comtesse, qui expira dans nos bras.

Comprenez-vous maintenant pourquoi je hais Marly ? Que l'on rase le château ! Qu'on incendie le parc ! Je n'en peux plus de ces fantômes ! De ces morts ! Des ces malheurs ! Ma tête ! Ma pauvre tête ! Je...

Ah, je ne vous ait pas dit, mais le Comte de la Perfydie a réussi néanmoins à débusquer le grand sanglier mâle et à l'abattre. Il a présenté sa dépouille au Roi, qui en fut fort impressionné. Voilà qui, je l'espère le consolera un peu de son malheur.

Je dois vous quitter, ma chère. Les ombres de la nuit m'appellent et j'entends une musique qui sort des ombrages, si proche, si distante, si familière. Pourquoi mes mains tremblent-elles, pourquoi ma tête me fait si mal ?"

Carte "Accident de chasse" sur Thrawn - la blessure est mortelle
+ "Adresse à la chasse" : gain de cote auprès du Roi et de la Reine


C'est à Messire Danton ! :hello:

Antonius 16/02/2011 14h25

Ah. Ciel. Que c'est dur d'être veuf une seconde fois...

Une autre volontaire?:mrgreen:

( je crois que je vais me laisser poussé la barbe...)

jagermeister 16/02/2011 14h32

Ma soeur est vengée. :clap::banana:




Cette crevure n'a eu que ce qu'elle méritait. :=(:

Coelio 16/02/2011 14h33

Citation:

Envoyé par jagermeister (Message 191837)
Ma soeur est vengée. :clap::banana:




Cette crevure n'a eu que ce qu'elle méritait. :=(:

Mon père est vengé aussi !

Quelle que soit l'issue de la partie, je la considère donc comme une réussite !

marlouf 16/02/2011 14h44

Petite annonce parue dans le Canard Embastillé

Citation:

Recherche poignard, pistolet chargé ou poison puissant afin d'être utilisé sur un triste eclésiastique. Offre piéces de théatre de grandes valeur en échange, trés peu servies, gros potentiel - nécéssitant néanmoins un léger rafraichissement.
Joindre sous pli discret Marloufe R., Aile ouest, chateau de Versailles

GA_Thrawn 16/02/2011 19h55

Noooooooooooooooooooon :enerve::enerve:

Moi qui pensait survivre à tout ça....:(
En même temps c'est assez mal joué j'étais pas trop un boulet pour antonius :(

La partie est finie pour moi donc?

curTis newTon 16/02/2011 20h00

Ben oui, puisque c'est le dernier tour :loose:

curTis newTon 18/02/2011 01h17

"Ma chère,

Vous connaissez comme moi le marquis du Marseillicide. Vous savez bien, sans doute, qu'il n'est point à laisser un affront impuni, ou quelque souillure d'honneur sur le revers de son pourpoint.

A peine séchée l'encre du traité établissant la paix avec l'Espagne, voici que le Secrétaire d'Etat à la Guerre a ainsi envoyé une seconde déclaration de guerre à Madrid ! Foin des artistes, de la pampre, de la pourpre et du luxe, qui ont rendu alambiquées nos manoeuvres d'il y a quelques semaines. Monsieur du Marseillicide veut cette fois des tenailles d'acier, de furia francese, de la jugulaire. Les armées françaises ont déjà fait demi-tour et repris l'assaut de Charleroi !

L'extrême habileté diplomatique de Monsieur du Marseillicide (déclarer la guerre juste après avoir signé le traité de paix) lui a valu l'admiration des cours d'Europe. "Cet homme-là a du sang de Chouinerye dans ses veines" a asséné l'ambassadeur d'Autriche (et c'est un compliment). Le Secrétaire d'Etat, une fois de plus, se rendra sur le front afin de diriger les opérations et veiller au salut, au triomphe et à l'honneur de la France.

Une pensée mélancolique l'a-t-elle assailli au moment de partir ? Il a tenu, avant son départ, à célébrer ses noces avec la Duchesse de la Jaguerie, dont - pouvez-vous le croire ? - le galant marquis tirait la chevillette depuis quelques temps déjà. J'aurais dû, je l'avoue, m'en rendre compte, en les voyant échanger billets doux sur billets doux.

Voilà donc un homme bon, pétri d'honneur, droit et rigide comme une vivante statue de la France, qui s'en va et nous quitte. Que Dieu le garde des dangers de la guerre, et que le Secrétaire d'Etat nous en ramène un triomphe !"

Requête accordée pour un mariage avec Coelioi
+ 2 cartes transmises à Coelio
Pouvoir : la guerre est déclarée à l'Espagne - les Espagnols de la Cour perdent 3 points de cote Roi - la Cour est à la Guerre


A Messire Coelio ! :hello:

curTis newTon 18/02/2011 13h12

"Ma chère,

La Duchesse de la Jaguerie, fraîchement marquise du Marseillicide ne se tient plus.

Je la vis hier chez elle, assise auprès du feu, dévidant et filant, envoyant sa servante quérir quelque nouvelle, et se languissant de son époux absent. C'est pitié de la voir, tous les jours, traversant les galeries de Versailles, les mains pressant un mouchoir humide de larmes, le corps - que les outrages du temps n'ont pas épargné, mais qu'elle a encore fort giron - tordu par la douleur, guettant tous les visages, espérant voir celui de son cher époux jaillir de la foule des Courtisans.

Cette épreuve ne la rend que plus belle et digne, mais aussi plus méchante. Avant-hier, au jeu du roi, elle persifla de manière fort vipérine sur les bonnes grâces perpétuelles que la Reine daigne accorder au petit-fils du chancelier de la Jaguerie, Monsieur Alexandre-Benoît. Ses paroles insinuantes firent tant que le Roi, mis en alerte, conçut quelque soupçon, probablement infondé, et déclara tout haut qu'une telle amitié, entre une Reine et un hobereau de province, quelque illustre que fût sa famille, était fort malséante.

Voilà ce jeune homme, à la fort belle figure, mais trop fraîchement arrivé à la Cour, déjà bien mal auprès du Roi. Il se murmure même que la Duchesse, aurait supplié le Roi, en souvenir de la faveur qu'il daigna lui accorder voici quelques années, d'embastiller le jeune de la Jaguerie. Mais si celui-ci est bien mal auprès du Roi, la Duchesse n'a plus, depuis longtemps, l'oreille de Sa Majesté, ni d'ailleurs aucune partie de son corps.

Le Roi, qui est juste et probe, refusa bien entendu cette demande extravagante. Repoussée, piquée au vif, désappointée, la Duchesse prit la décision de se retirer de la vie mondaine. J'apprends par mon laquais qu'elle a réalisé en or, hier, tous ses avoirs, et est partie sur le front rejoindre son cher et tendre époux, le marquis du Marsecillicide."

"Disgrâce" joué sur Jag + requête refusée pour une lettre de cachet

A Messire Palpat ! :hello:


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 15h32.

Powered by vBulletin® Version 3.7.6
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #19 par l'association vBulletin francophone